"La Vivante"

Verset 20


Durer


Reprenons le texte de la Genèse selon la T.O.B. :

" 27 Dieu créa l'homme à son image,
à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. "
Genèse, 1

" 19 Le SEIGNEUR Dieu modela du sol toute bête des champs et tout oiseau du ciel qu'il amena à l'homme pour voir comment il les dési-gnerait. Tout ce que désigna l'homme avait pour nom " être vivant " ; 20 l'homme désigna par leur nom tout bétail, tout oiseau du ciel et toute bête des champs… "

De même qu'en appelant les animaux par leur nom, Adam a complété leur création, a véritablement achevé le chef d'œuvre à la demande de Dieu, Adam crée véritablement Eve en la nommant, c'est-à-dire qu'à ce moment le couple existe dans sa plénitude, tous deux étant au même niveau.

Nous l'avons vu précédemment, appeler un être, le nommer, c'est l'amener à la plénitude de son existence, de sa nature, c'est lui donner la possibilité d'accomplir son destin en toute liberté. Ainsi, en la nommant, Adam fait d'Eve une femme, une mère, lui donne la possibilité de devenir ce qu'elle est intrinsèquement, d'accomplir ce pour quoi elle a été créée!

Le nom même que l'homme Adam donne à la femme : Eve, la Vivante, et le commentaire contenu dans le texte confirment, si besoin était, que sans le fruit de la Connaissance, sans cet acte il n'y aurait pas de vivants, car pas de vie, sinon physique, au moins spirituelle.

" 21 Le SEIGNEUR Dieu fit tomber dans une torpeur l'homme qui s'endormit ; il prit l'une de ses côtes et referma les chairs à sa place. 22 Le SEIGNEUR Dieu transforma la côte qu'il avait prise à l'homme en une femme qu'il lui amena. 23 L'homme s'écria :
" Voici cette fois l'os de mes os et la chair de ma chair,
celle-ci, on l'appellera femme car c'est de l'homme qu'elle a été prise . "
Genèse, 2

Ainsi, dans les deux premiers chapitres de la Genèse, nulle part n'apparaissent les noms Adam et Eve. Pour cela il faut attendre que Dieu s'adresse à lui après qu'il a mangé de l'arbre de la connaissance :
17 Il dit à Adam : " Parce que tu as écouté la voix de ta femme …. "
puis trois versets plus loin :
20 L'homme appela sa femme du nom d'Eve - c'est-à-dire la Vivante - , car c'est elle qui a été la mère de tout vivant… "
Il n'est pas indifférent que le premier couple humain n'ait pas été nommé avant de posséder la Connaissance ; surtout après qu'il soit clairement indiqué que l'homme a préalablement nommé tous les autres êtres vivants.

Ceci nous ramène directement à cette notion symbolique fondamentale : le verbe est créateur, nommer c'est créer ; et nous emmène plus directement encore à l'Evangile de Jean :

TOB
Bible de Jérusalem
Chouraqui
Au commencement était le Verbe,
et le Verbe était tourné vers Dieu,
et le Verbe était Dieu. Il était au commencement tourné vers Dieu.
Tout fut par lui,
et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.
En lui était la Vie
et la vie était la lumière des hommes,
et la lumière brille dans les ténèbres,
et les ténèbres ne l'ont point comprise.
Au commencement le Verbe était
et le Verbe était avec Dieu
et le Verbe était Dieu.
Il était au commencement avec Dieu.
Tout fut par lui
et sans lui rien ne fut.
De tout être il était la vie
et la vie était la lumière des hommes
et la lumière luit dans les ténèbres
et les ténèbres n'ont pu l'atteindre.
Entête, lui, le logos et le logos est pour Elohîm
et le logos est Elohîm, il est entête pour Elohîm.
Tout devient par lui ; hors de lui, rien de ce qui
advient ne devient.
En lui est la vie ; la vie est la lumière des hommes.
La lumière brille dans la ténèbre, mais la ténèbre ne
l'a pas saisie.

En hébreux adama signifie terre, glèbe. C'est parce que Adam a été façonné par Dieu dans la terre que Chouraqui choisit d'utiliser le terme glèbeux pour le désigner. Or, en cet instant du récit, l'Homme primordial est androgyne, la séparation complète n'a pas eu lieu encore. Il n'est donc pas possible de donner à chacun de ses deux éléments constitutifs leur nom individuel, car ce serait les créer ainsi séparément, ce qui n'interviendra que plus tard dans le déroulement de l'histoire.


 

En utilisant le texte de Fabre d'Olivet, il est sans doute possible d'apporter un éclairage plus aigu encore.

"Nahash, l'Attract originel, la Cupidité, cette ardeur interne, appétante, …la passion entraînante de la vie élémentaire, le principe intérieur de la Nature, … Aïsha, la faculté volitive d'Adam…" ne sont en fait, vus ainsi, que des éléments constitutifs de Aïsh, chacun agissant selon son énergie propre, selon sa raison d'être.

Ce n'est qu'après les avoir mis en mouvement qu'Aïsh deviendra Adam, l'Homme universel. Et ce n'est qu'alors qu'il pourra définitivement se dualiser, marquant cette étape par le fait de nommer Aïsha qui devient alors H'eva.

Cet éclairage jette une lumière nouvelle sur l'évolution du "premier homme" et renforce, s'il était besoin, l'évidence de son caractère exclusivement symbolique.

...


...