Le Roman de la Rose

 


René Magritte : Le Tombeau des Lutteurs

 


Je vais maintenant proposer mon analyse symbolique d'un Roman du XIIIème siècle, " Le Roman de la Rose ".

Et ce faisant, nous allons entrer dans certains arcanes méconnus de l'alchimie.

Mais que l'on me comprenne bien. Il est deux façons de considérer l'Alchimie : physique ou symbolique.

Pour la première, qui présente l'alchimiste sous l'apparence d'un vieillard à la longue barbe penché sur l'athanor pour tenter de trouver la pierre philosophale avec laquelle il pourra fabriquer de l'or à volonté, je laisse évidemment à chacun le loisir d'y rêver s'il le souhaite, mais je n'y adhère aucunement. Pour moi, cette version n'est qu'une apparence trompeuse, destinée à dérouter l'ignorant.


 

 

 

Pour la seconde, elle permet de considérer ce type de récit comme allégorique et autorise de chercher une signification plus acceptable derrière le miroir. En ce sens la transmutation alchimique serait tout simplement l'évolution intérieure vécue par le chercheur, l'adepte, l'initié, le fidèle, peu importe le nom, et qui le fait passer de l'état de profane à celui de connaissant.


 

 

Sur ce sujet, ...

Le premier travail sérieux fut celui d'E. A. Hitchcock qui dit haut ce que les alchimistes disaient bas, à savoir qu'en alchimie l'or importe moins que l'âme. "Les véritables alchimistes ne poursuivaient pas la richesse, ni les honneurs du monde. Leur but réel était la perfection, ou au moins le perfectionnement de l'homme. Selon cette théorie, une telle perfection réside en une certaine unité, un sens actif de l'unité de la nature humaine et de la nature divine, et je ne peux mieux comparer l'assimilation qu'à l'expérience connue dans la religion comme la seconde naissance. La perfection ou l'unité désirée est un état de l'âme, une condition de l'être, et pas seulement une condition de connaissance "
E. A. Hitchcock : Remarques sur l'alchimie et les alchimistes, 1857, trad de l'angl, cité par Pierre A. Riffard, L'Esotérisme, op. cit., p 60


Pour mieux comprendre ce processus, et surtout les images qui le recouvrent, je vais d'abord tracer un rapide historique de ce Roman et de ses auteurs, puis j'en ferai un résumé succinct, afin que chacun en connaisse la trame, et enfin, en analysant, à travers le prisme du symbolisme, les éléments de ce roman, j'essayerai de dégager la signification profonde de la Rose qui donne son titre au roman.


Les auteurs du Roman.

 


 

Résumé de l'histoire.

 


 

L'analyse symbolique.

 


 

Les éléments symboliques du roman.

 


 

Nous venons donc de faire un survol rapide, trop rapide sans doute, du Roman de la Rose. Le but de ce chapitre n'étant pas d'en faire une étude approfondie et exhaustive, surtout au plan exotérique, renvoyons les lecteurs que cela intéresse à l'œuvre elle-même. D'autant que les passages éclairant le sens cachant sont fort nombreux, que je ne prétends pas les avoir tous compris, et que, quoi qu'il en soit, il n'est pas question de les citer tous ici.

Cette analyse, donc, à quoi a-t-elle servi? De quoi avons-nous parlé?

A travers un des décryptages possibles de ce roman, nous avons tenté de mieux cerner le symbolisme de la Rose.

La Rose rouge, la Rose des philosophes, est, nous l'avons vu, l'image de la Pierre philosophale. Elle symbolise l'accession à la Lumière, à la Connaissance. Le chemin qui y mène est long et difficile, mais il n'est pas impossible de le parcourir et, parfois, d'approcher du but.

Ce chemin est long, difficile, chargé d'embûches comme la tige de la rose est hérissée d'épines, mais aussi parsemé de joies, comme en trouve l'Amant dans le jardin du dieu Amour, et comme en offre le parfum, unique, de la rose.

Et surtout, ce chemin mène à la Connaissance.

Cette certitude nous est offerte par la référence à Lucine, dont il a déjà été question.

Car Lucine, la Lune, symbolise traditionnellement le Mercure des Philosophes, que le processus alchimique va transformer pour obtenir la Pierre Philosophale.

c'est donc aussi la Rose,
c'est donc aussi la Lumière,
c'est donc aussi la Connaissance.

Et si tel ou tel décide, un jour, de suivre le chemin des fils de science, des enfants d'Hermès, et qu'après de longs et pénibles efforts, il parvienne au but, et devienne un Adepte, peut-être, Hermès Trismégiste lui dira-t-il, comme il le dit dans la Table d'Emeraude :

"Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; & pour cela toute obscurité s'enfuira de toi."