Le Symbolisme comme langage universel

 

La multiplication des langues différentes a toujours été un obstacle entre les hommes : il est évidemment plus difficile de comprendre le caractère de celui qui ne parle pas la même langue.

Mais ce n'est pas l'obstacle principal. Au sein d'une même communauté linguistique, ces barrières demeurent. Elles sont faites de références culturelles différentes, d'habitudes, de réflexes, de manières de penser particulières. Elles dépendent des origines socioculturelles, de l'éducation, de la situation sociale et professionnelle, des opinions religieuses ou politiques, etc.

Car ces différenciations ne sont pas dues uniquement à des variations géographiques ou historiques. Elles tiennent avant tout au caractère unique de l'individu.

L'éducation acquise dans la société, la bonne éducation (?), tend à réduire ces obstacles, à limiter ces différences, et surtout à en atténuer les conséquences. Mais elle ne les supprime pas.

Pourquoi rappeler ces évidences ?

Parce que si le problème est connu de tous, une des solutions possibles me paraît continuer de s'ignorer.

Puisqu'un Symbole est un objet dont la forme est reconnaissable par tous et dont le sens pourrait être expliqué à chacun et compris par la plupart, le Symbolisme forme un langage universel. Sans doute il permettrait aux hommes de s'entendre enfin.

Pour être universel, un langage doit être simple ; et quoi de plus simple, de plus évident qu'une image?

Il est en effet remarquable que le plus universel des langages soit sans doute celui des images. Bien que limité à quelques expressions fondamentales, exprimant des sentiments ou des sensations générales communs à tous les peuples, donc antérieurement connus des interlocuteurs, sa compréhension reste possible même si, par ailleurs, telle ou telle image diffère d'une contrée à l'autre.
Ce caractère universaliste fait du langage des Symboles un instrument d'égalité, puisqu'il permet au plus grand nombre de comprendre les mêmes idées, les mêmes concepts, de les discuter, et que, de plus, il n'oblige personne à y adhérer.

Rien n'est plus difficile que d'expliquer clairement des notions abstraites, que de simplifier ce qui est complexe. L'érudition, pour respectable qu'elle soit, a souvent du mal à rester simple. Les philosophes, ethnologues, sociologues, psychologues, les physiciens, chimistes, biologistes, et autres scientifiques qui parviennent à exposer leur savoir dans un langage clair sans être rudimentaire, compréhensible par tous sans être simpliste, semblent des exceptions remarquables et louables. Les vulgarisateurs de qualité paraissent rares.

Or le Symbolisme permet d'atteindre ce but. Il est porteur d'idées complexes qui ne pourraient être exprimées autrement ni plus simplement, alors même que les spécialistes et autres techniciens et technocrates expriment trop souvent des idées simples de façon compliquée.

Si le Symbolisme permet de simplifier ainsi la communication, c'est que les Symboles sont des instruments d'expression qui parlent, non à l'intelligence, mais à l'intuition, à l'instinct.

Et c'est l'énorme différence qui existe entre les symboles mathématiques et les Symboles ésotériques. La qualité et la profondeur de leurs contenus sont sans commune mesure.

Car si on y retrouve la précision du signifiant, la clarté du signifié est toute autre.
"Ce serait une erreur de croire que l'abstraction croissante du langage scientifique conduit au Symbole : le Symbole est lourd de réalités concrètes."

La différence profonde tient dans le fait qu'un Symbole, pour cesser d'être un simple objet, une simple représentation, doit contenir une dimension supplémentaire, qui transcende son apparence immédiate : il doit contenir la Vie. Ce qui, de toute évidence, n'est pas le cas des signes et symboles mathématiques.

Pourtant, si l'on admet, comme je le propose, que les Symboles sont des objets naturels, le Symbolisme devient, par le fait même, le langage de la Nature, du Cosmos, de l'Univers. Et puisque la signification des Symboles ne peut être perçue que par l'intelligence du cœur, c'est-à-dire par l'instinct, par la sensibilité, par l'intuition plus que par la raison, cela nous amène à comprendre que ce langage des Symboles est comme une musique, comme la musique, qui peut être ressentie sans être comprise, perçue sans être analysée.

Le Symbolisme est le poème de l'Univers!