Le Symbolisme est une Métaphysique

 

Contrairement aux religions le Symbolisme, parce qu'il ne repose sur aucun dogme, exclut toute notion d'intolérance et de conflit. C'est dire que le Symbolisme est parfaitement empirique.

Et pourtant, le Symbolisme, pour qui sait le déchiffrer, est potentiellement porteur des réponses aux questions existentielles les plus fondamentales, mais l'Homme ne sait, le plus souvent, pas les comprendre.

 

La question des origines et du devenir, l'Univers nous en apporte la réponse ; mais s'il contient toutes les solutions, il les exprime sous forme de Symboles.
A nous, qui sommes inclus dans le Cosmos comme un atome dans une molécule, à nous de les déchiffrer.

Il n'est pour cela qu'une voie : celle du cœur, des sensations, celle qui oublie la chose apprise pour découvrir ingénument, celle qui privilégie l'instinct sur le raisonnement.

Car le Symbolisme n'est pas accessible, ex-abrupto, à tout le monde. Il est nécessaire, pour y parvenir, de se préparer, ou plutôt, de vivre une préparation.
Cette préparation est utilisée depuis les origines de l'humanité pour faire atteindre à l'individu un état inconnu de lui bien que vraisemblablement contenu en lui. Cette préparation, quelle que soit la forme qu'elle puisse revêtir, ici ou là, jadis ou naguère, hier ou aujourd'hui, est nommée partout et de tous temps : l'initiation.


Pour celui - ou celle - qui a suivi ce chemin et qui, ainsi, a réussi à rencontrer la conviction à laquelle il ou elle aspirait, cette prise de conscience est une nouvelle forme de liberté.

Si l'Homme est esclave de la matière en ce qu'il est assujetti à son corps, aux limites et aux besoins qu'il lui impose, sa liberté - liberté profonde, liberté absolue - ne peut se trouver que dans la certitude métaphysique - sous quelque forme qu'elle se présente - par le détachement qu'elle lui permet d'acquérir.
Que signifie le fait de vivre? Parmi bien d'autres nécessités, vivre c'est choisir. Choisir d'abord de continuer à vivre plutôt que de mettre fin à cette épreuve en quittant cette vallée de larmes, c'est d'être plutôt que de ne pas être, selon la célèbre formule du prince Hamlet.

Mais c'est aussi choisir, quotidiennement, parmi toutes les possibilités qui se présentent à chaque instant, la mieux adaptée aux circonstances et au but que l'on s'est fixé.

L'Homme doit choisir pour ne pas se laisser entraîner passivement par les événements. Choisir pour influer sur son destin. Choisir pour décider lui-même, pour ne pas que d'autres choisissent à sa place. Choisir aussi, choisir surtout, comment il orientera sa vie, comment il concevra le monde, comment il percevra l'univers, comment il s'intégrera dans le cosmos.

Pour tenter de choisir correctement, il faut d'abord analyser les données du problème puis déterminer le but à atteindre.

Reste alors à savoir quelle route emprunter à chaque carrefour pour y parvenir par le meilleur chemin.

Tout voyageur a besoin d'une carte, d'un guide, de panneaux indicateurs pour choisir sa route et la suivre sans s'égarer.

Pour mener sa vie consciemment, nul ne peut se passer de boussole et de points de repère. Mais alors, même en possession de ces outils, pour choisir, nul ne peut se passer de liberté.


Or, pour être libre, ou du moins pour tenter de l'être, il faut bien percevoir de quelle liberté il est question.

Il est tout d'abord nécessaire sans doute de bénéficier des libertés physique, sociale, économique et politique, auxquelles s'ajoutent les libertés psychologique et morale.

Mais ces différents aspects de la liberté ne sont que partiels, et surtout, relatifs. La vraie liberté, que l'on pourrait même qualifier d'authentique, et à quoi peut mener le cheminement symbolique, est d'un tout autre ordre.


Parce que chaque Symbole est à la fois une question et sa réponse, le Symbolisme peut se présenter, pour qui veut le comprendre, comme un guide efficace et tolérant.

Chaque Symbole est un point de repère, un panneau indicateur. Sa signification profonde agit comme une boussole.

Les préceptes moraux, les conseils, les interdits qui constituent la trame, le fond sur lesquels s'appuie l'analyse, ces acquis socio-éducatifs peuvent s'oublier. Pas un Symbole. Car, en tant qu'objet, il est image avant tout. Et parce qu'il est image, il s'impose à l'esprit en un instant, sans longue et complexe réflexion. De ce fait, il est immédiatement efficace pour qui en a déchiffré le sens caché. Il est donc constamment utile et utilisable. Et face à des circonstances variables, il reste efficace dans la mesure où sa signification peut évoluer.

Il est donc nécessaire de remettre en permanence cette recherche en question.
C'est dire que, malgré l'apparence, les Symboles font appel à l'intelligence, et que, donc, le Symbolisme est un guide qui respecte la liberté de chacun.

Avec l'aide du Symbolisme, l'homme n'avance plus seul sur la route inconnue. A chaque instant de doute, à chaque carrefour de la vie, il peut trouver une indication, une flèche montrant une direction. Encore faut-il qu'il soit capable d'interpréter le sens du signal, car c'est par l'usage de son intelligence, par son effort de réflexion, qu'il sera en mesure de déterminer, parmi tous les possibles, quel est le bon.

C'est pourquoi le Symbolisme est le seul guide, spirituel ou non, qui n'exige ni asservissement, ni imitation, ni soumission, ni exclusion.

Car le Symbolisme est une clef vers la compréhension de ce qui échappe à la raison.

Il est difficile d'admettre qu'un monde puisse exister auquel nos sens n'atteignent pas, que nous puissions le côtoyer sans le savoir, que nous y soyons plongés sans le ressentir, et que nos instruments d'investigation les plus modernes et les plus perfectionnés soient en l'occurrence parfaitement inutiles.

Le Symbolisme, par les sensations qu'il fait naître en nous, par les résonances qu'il y éveille, nous met en contact avec ce monde, nous permet d'en prendre conscience et, dans certains cas, de nous y intégrer en pleine lumière et liberté.