Dictionnaire Symbolique et artistique de l'art roman

 


cliquer sur l'image pour l'agrandir

Photo de Christophe Bourbon
qui nous l'a aimablement communiquée.
Qu'il en soit remercié! *

 

Cette jolie statuette marque ou marquait sans doute un lieu, un gîte d'étape, repos et prière de pèlerin allant ou revenant de Compostelle comme le montre la tenue (moine ou ermite, en tous cas religieux) et son ciel (ce qui le guide, son idéal) en forme de coquille (saint Jacques). De sa main main gauche il désigne sa cuisse blessée, peut-être au même endroit que l'était celle de saint Roch. Nous avons à contempler là un maître ou un initié, un connaissant spirituel, en somme un guide.

 

* La statuette n'est plus visible en France depuis qu'un acheteur américain, dans l'indifférence totale des pouvoirs publics, a pu l'acheter et l'emmener à Chicago.
La photo, heureusement, fut réalisée avant!

 

Quelques textes en rapport avec le contenu de ce livre:

 

Saint Jacques de Compostelle

 

Les sculptures de nos églises, basiliques, cathédrales et autres monuments ne sont pas seulement des œuvres d'art. Elles portent des messages que les hommes d'alors savaient comprendre et dont depuis, nous avons perdu la signification. Robert-Jacques Thibaud a recensé ces huit cents principaux symboles gravés dans les pierres du Moyen Age, qui délivraient des messages essentiels. D'Abeille à Zodiaque, il en dresse un inventaire complet. Personnages bibliques et saints locaux, techniques architecturales et bestiaires mythologiques, plantes qui guérissent et symbolique des religions universelles... il nous apprend à déchiffrer ce grand livre d'images qu'est notre patrimoine et nous permet une nouvelle approche d'un art resté, pour qui sait le lire grâce à ce guide, étonnamment vivant.

 

 


Légende Dorée


Ensemble de textes collationnés par Jacques de Voragine au XIII° siècle, relatant les activités réelles ou légendaires, toujours merveilleuses, des apôtres et des martyrs des premiers temps du christianisme.

Ce sont ces légendes qui servirent très souvent de référence aux imagiers pour la caractérisation de leurs personnages.
Il en est ainsi de la croix de saint André, de la coupe de saint Jean, de l'équerre de saint Thomas, de la roue de sainte Catherine ou de la flèche transperçant la main de saint Gilles.

Au Moyen Age, la "Légende" fut le livre le plus lu, ou écouté, dans l'ensemble de l'Europe.

 

 


Clairvaux


C'est Hugues de Payns, premier grand Maître de l'Ordre du Temple, qui offrit à l’Ordre monastique de Cîteaux un territoire pour y fonder une abbaye, dans la forêt de Bar-sur-Aube. Douze moines, conduits par Bernard de Fontaine, quittèrent le monastère de Cîteaux pour s’installer dans la solitude de la forêt de Bar-sur-Aube, au lieu dit "le val d'Absinthe", ancien lieu de culte et de tradition druidique. En cet endroit on invoquait la Déesse Mère, gardienne des mystères du monde.

En fondant Clairvaux ("Claire Vallée", allusion à la lumière spirituelle recherchée par les moines), Bernard de Fontaine, futur saint Bernard, voulait dénoncer la richesse ostentatoire de l’Eglise, le confort des abbayes, l’attachement aux biens matériels des membres du clergé, le refus de "perdre sa vie pour la gagner". Bernard quitta l’abbaye bénédictine de Cluny, haut lieu religieux et intellectuel de son temps, parce qu’il la jugeait trop confortable pour un ascète de Dieu.

Evoquant Clairvaux, Guillaume de saint-Thierry écrit : "Nul n’était oisif. En dehors des heures consacrées au sommeil et à la prière, les frères s’affairaient avec la houe, la faux et la cognée, cultivant la terre sauvage et défrichant la forêt. Et, bien qu’il y eut de grandes multitudes dans la vallée, chacun semblait solitaire."

Rejoignant ou prolongeant la pensée celte et druidique, Saint Bernard fit de la forêt un véritable temple où il vécut en ermite, avec sa communauté de moines. Il choisit la forêt de Bar-sur-Aube pour des raisons spirituelles d’enracinement personnel et pour fortifier la foi des moines de son Ordre. Il écrivit à ce sujet :

"Crois-en mon expérience, c’est dans la forêt et non dans les livres que tu trouveras la Vie supérieure."

 

 

 

Lire aussi Saulieu, berceau de l'Esotérisme chrétien & Symbolisme et cycles cosmiques