Le Bardo Thödol tibétain, et les spiritualités Occidentales

 


cliquer sur l'image pour l'agrandir

Les mythes concernant la mort, c'est-à-dire l'Au-delà de la Vie, sont les plus nombreux et les plus complexes de la pensée religieuse universelle. Ils illustrent l’expérience de l'âme humaine dans ses incarnations, ses morts et réincarnations. Les mythes décrivent les phases du tout parcours spirituel individuel comme ceux des civilisations et de l'humanité. C’est pour cela qu’ils nous concernent.
En ce début de millénaire, nombreux sont les occidentaux qui dirigent leur quête de sens vers les spiritualités d’Extrême-Orient. Faute d’une culture, celles-ci sont cependant difficiles à aborder car elles parviennent au public dans des versions adaptées qui en voilent leurs significations profondes. C’est le cas pour le Livre des Morts tibétain, ou Bardo Thödol, spécialement destiné à l'âme franchissant le passage si redouté de la mort. L'enseignement du Bardo Thödol est très proche de celui des anciens égyptiens.

"Einstein assurait que la lumière était la limite du monde, tandis que la connaissance traditionnelle affirme au contraire que tout commence et se poursuit avec elle. Cela souligne le fossé qui sépare le matérialisme moderne de la pensée traditionnelle."

 

 


 

Cependant, s’il n’existe aucun texte occidental comparable au Livre des Morts tibétain, l’étude de Robert-Jacques Thibaud éclaire d’un nouveau jour les mythes grecs, romains, celtes et nordiques, plus connus pour leur féerie que pour leur spiritualité, mais destinés, tout autant que le Bardo Thödol, à amener l'âme des morts vers sa libération lumineuse, sa vie éternelle, illustrée par l'Olympe, la Walhalle, les Iles Fortunée ou l'île d'Avallon. On y arrivait après de longues navigations et des épreuves héroïques semblables aux embûches décrites dans le Livre des Morts tibétain. C’était là le point de rencontre des deux civilisations et de tous les homes en quête d’infini.
A Nantes, le mausolée de François II de Bretagne (Jean Perréal 1505) montre en quarante-neuf figures de marbre, un itinéraire initiatique complet correspondant à l’itinéraire décrit par le Bardo Thödol tibétain. Le mausolée conduit de la condition humaine à la libération lumineuse, du sangsara au nirvana, du monde profane à l’universalité.

 


Lire aussi Dictionnaire de mythologie et de symbolique Celte et Pluton, Itinéraire de la Vie Eternelle.