Le Sphinx nous communique...

 

Proétides et Protéines

 

 

 

 

Outrager la Nature n'est pas une chose nouvelle. Il y a des millénaires que les sages tentent de prévenir les arrogants des risques qu'il y a de défier l'équilibre fragile de la vie.

Le mythe grec de Proétos (Premier homme) rapporte que ses trois filles, les Proétides, Iphianassa, Iphinoé et Lysippé, osèrent rivaliser avec la Grande Déesse et négliger le culte de Dionysos, deux divinités manifestant la Vie Universelle et la Vie Terrestre. Par la volonté d'Héra courroucée, les Proétides se prirent pour des vaches folles courant dans les champs en beuglant. Seul le devin Mélampous parvint à les délivrer de leur folie furieuse. Cette guérison lui valut une grande notoriété et la moitié du royaume de Proétos.

A noter que l'étymologie de protéine vient de protos (premier) et ine (être ou essence d'un être).

Cette histoire mythologique et écologique peut donc signifier que la maladie des vaches folles, provoquée par l'arrogance de quelques apprentis sorciers ne sera combattue qu'en rétablissant l'ordre naturel, ce qui apportera de grands avantages à l'ensemble de la société.

Il y a donc, quand même, de l'espoir.